Kilquade

Kilquade, historically Killcowade (Irish: Cill Chomhaid), is a small village and a Roman Catholic parish in north County Wicklow, Ireland. The village lies between Kilpedder and Kilcoole, about one kilometre east of Junction 12 (Kilpedder) of the N11 national primary route. It is part of the barony of Newcastle and lies within both the civil parishes of Kilcoole and Newcastle Lower.
The Church, St. Patrick’s, was built in 1802, refurbished in 2002-2003 and rededicated in 2004. Directly across the road from the Church is the National Garden Exhibition Centre.

The Catholic Parish of Kilquade includes the areas of Kilquade, Kilpedder, Kilcoole, Newcastle, Delgany and Newtownmountkennedy. The parish has three churches, the Parish Church at Kilquade and Chapels at Newtownmountkenneddy and Kilcoole.
The Parish Church was restored to mark its bicentenary in 2002 and refurbished in 2004. The original Church was burned down during the 1798 Rebellion, but was re-built in 1802, and many of its original features such as the old stone floor and the windows above the Sanctuary were restored.
St Patrick’s Church, Kilquade has a long history. The name Kilquade (Cill Comhghaid) refers to St. Comghaid who had a hermit’s cell or a church in the area. There was a Catholic community in the area in the sixteen hundreds, two chalices still in use, bear the inscription “Anno Domini 1633” and “24th November 1759” Official records from 1701 list a Fr. Seneca Fitzwilliam as the incumbent priest recognized by the British Government under the Penal Laws.
Tradition in the area relates that the original church was burnt down in the time of Cromwell and rebuilt again; and in 1798 the church was definitely burnt down. In 1802 the present church was built. Part of the funding for the new building was in the form of a “Restoration Grant” of £77 which came from the British Government. Consequently, St Patrick’s Church is known as a “Compensation Church” and is the only such church remaining in the Dublin Diocese.

F. Blair Wimbush

Frederick Blair Wimbush (born July 24, 1955), is a retired American railroad executive and lawyer. He continues to be a civic and professional leader. From 1980 to 2004, Wimbush progressed through positions of increasing responsibility in the Norfolk and Western Railway Company and Norfolk Southern Corporation Law Departments, including Senior General Counsel in 2002. In June 2004, he was elected Vice President, Real Estate of Norfolk Southern Corporation, parent company of Norfolk Southern Railway Company. In November 2007, he became the first, and as of August 11, 2012 the only, executive level Corporate Sustainability Officer in the railroad industry, in addition to his real estate position. He managed several large conservation and energy efficiency projects for the company and has spoken on corporate sustainability at several corporate and educational conferences. He retired from Norfolk Southern Corporation after 35 years of service on May 1, 2015. Wimbush has served on the boards of the Hampton Roads Association of Commercial Real Estate, Hampton Roads Economic Development Alliance, and the Monarch Bank Norfolk City Board. On April 4, 2015, Virginia Governor Terry McAuliffe announced that Wimbush had been appointed to the Virginia Port Authority board.
Wimbush has been a leader in several legal and civic organizations. He was named a Fellow of the Virginia Law Foundation in 1998, a Fellow of the American Bar Foundation in 2005, and has been recognized as one of Virginia’s Legal Elite by “Virginia Business.” He has been President of the Virginia Commission on Women and Minorities in the Legal Profession; President of the Virginia Law Foundation; Board membership on the Old Dominion and Virginia Bar Associations; Member of the Supreme Court of Virginia Task Force on Gender Bias; Member of the Virginia Bar Association Committee on Special Issues of National and State Importance. He is the former Alumni Council President at University of Virginia School of Law, a University of Virginia School of Law Business Advisory Council member and a member of the University of Virginia Law School Foundation Board of Trustees.
Wimbush has been active in charitable organizations, including the American Red Cross and Big Brothers Big Sisters of America. He has been President of the Roanoke Museum of Fine Arts; Chairman of the Board of the Virginia Symphony Orchestra, where he helped steer the Orchestra through difficult financial times in 2008 and immediately following years; and a member of the Board of Trustees of the Virginia Historical Society.
His accomplishments have been recognized through his entries in “Marquis Who’s Who” and “Who’s Who Among African Americans.”

F. Blair Wimbush was born July 24, 1955 in Halifax County, Virginia. His parents are Freddie Blair Wimbush and Sue Carol (Lovelace) Wimbush. He graduated from Martinsville High School, Martinsville, Virginia in 1973.
Wimbush received a B.A. in political science from the University of Rochester in 1977, and juris doctor from the University of Virginia School of Law in 1980. He attended the Duke University Fuqua School of Business, Norfolk Southern Management Development Program, in 1996. In 2004, he completed the Advanced Management Program at the Harvard Business School.
He married Jane Seay, an engineering graduate of the University of Virginia who also earned an M.B.A., at Old Dominion University, on January 1, 1981.
After working as an intern in 1979, Blair Wimbush began his railroad career in 1980 as an attorney for Norfolk and Western Railway Company, two years before its consolidation with Southern Railway Company, as subsidiaries of Norfolk Southern Corporation. He progressed through a number of leadership positions in the Norfolk Southern Law Department, including General Counsel – Operations and Senior General Counsel. Among other projects, he helped develop the EPA’s Clean Air Act Locomotive Emissions Standards in 1997. His achievements merited inclusion in Virginia’s Legal Elite as recognized by “Virginia Business.”
In June 2004, F. Blair Wimbush, Jr., was elected Vice President, Real Estate of Norfolk Southern Corporation, parent company of Norfolk Southern Railway Company. In November 2007, he became the first, and as of August 11, 2012 the only, executive level Corporate Sustainability Officer in the railroad industry, in addition to his real estate position. He has managed several large conservation projects for the company while leading the company’s efforts to enhance relationships with environmental stakeholders and to measure and minimize the railroad’s environmental footprint. His job includes pushing to conserve fuel, increase energy efficiency, reduce carbon emissions, recycle, and promote environmental partnerships.
In 2008, Wimbush assisted with the donation of an environmentally significant conservation easement on 12,500 acres of Norfolk Southern’s Brosnan Forest property in the low country of South Carolina. Norfolk Southern donated a conservation easement to the Lowcountry Open Land Trust that will protect the property from development forever. Wimbush said: “We wanted to ensure that we could preserve the long-term health of this irreplaceable natural resource.” The easement will protect the natural environment for animals and the ACE Basin watershed. On October 22, 2013, Wimbush announced that Norfolk Southern Corporation and Finite Carbon completed the successful development and registration of the Brosnan Forest Improved Forest Management carbon project. According to the Company, the project met the Climate Action Reserve’s forest project protocol and resulted in more than 282,000 eligible carbon offset credits at initial registration.
On February 26, 2011, Norfolk Southern announced that its Arnold B. McKinnon headquarters building in Norfolk, Virginia earned the 2010 U.S. Environmental Protection Agency’s Energy Star, the national symbol for protecting the environment through energy efficiency. Commercial buildings that earn the Energy Star use an average of 35 percent less energy than typical buildings and release 35 percent less carbon dioxide into the atmosphere. Wimbush stated: “Norfolk Southern is committed to increasing energy efficiency in all its buildings and facilities and incorporating sustainable designs and materials in new construction projects.”
On February 17, 2012 Norfolk Southern Corporation announced that it had earned the top ranking among railroads in the S&P 500 Clean Capitalism Ranking published by Corporate Knights, a media, research, and financial products company that focuses on clean capitalism. Wimbush, said “It reflects our commitment to proactive management of sustainability issues and strong stakeholder communication.” The company ranked 66 out of the 500 S&P companies.
Wimbush also led Norfolk Southern’s participation in the GreenTrees (a privately managed reforestation and carbon sequestration program) initiative: Trees and Trains. By June 2011, Norfolk Southern and GreenTrees announced a conservation agreement that committed Norfolk Southern to planting 6 million trees across 10,000 Mississippi Delta acres. Trees were planted on 1,400 acres by the end of 2011. Wimbush said that reforestation was a key component in Norfolk Southern’s approach to reducing the railroad’s impact on the environment. Largely as a result of this initiative, on April 17, 2012, Norfolk Southern announced that The American Carbon Registry gave Norfolk Southern its Corporate Excellence award for making a public commitment to reducing CO2 emissions 10 percent below 2009 levels by 2014 and for reaching nearly 40 percent of that five-year goal in the first year. By the end of the project’s third year, nearly 70 percent of the planned 6.04 million native cottonwood and hardwood trees in an ecologically important region had been planted.
Wimbush has spoken on corporate sustainability at several corporate and educational conferences, including the 2012 Georgia Foreign Trade Conference, at his alma mater, the University of Rochester, on March 28, 2012, the 2011 Green Supply Chain Forum at The Ryder Center for Supply Chain Management of Florida International University, the 22nd Annual Environment Virginia Symposium at Virginia Military Institute on April 7, 2011, and the 2009 Railroad Environmental Conference, October 27–29, 2009 at the University of Illinois Railroad Engineering Program. He is the scheduled speaker for the Virginia Commonwealth University Energy and Sustainability Conference January 30–31, 2013. On September 2-4, 2014, Norfolk Southern, BNSF Railway, and GE Transportation hosted 3-day discussion with industry leaders to address sustainability in the rail industry. Wimbush said: “Norfolk Southern is proud to continue its journey to fully integrate sustainability into all aspects of its business and operations, and looks forward to gaining keen insights from the best practices of industry and NGO participants at this symposium.”
In May 2012, he was serving on the boards of the Hampton Roads Association of Commercial Real Estate, Hampton Roads Economic Development Alliance, and the Monarch Bank Norfolk City Board. As of the 2014 Annual Report, he continued to serve on the Board of the Hampton Roads Economic Development Alliance. As of May 2015, he continued to serve on the Monarch Bank Norfolk City Board.
On August 21, 2013, Wimbush announced that Norfolk Southern’s Birmingham Regional intermodal facility at McCalla, Alabama, received Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) certification. After proposing several “green” upgrades to an expansion of a rail yard in the Englewood neighborhood on the south side of Chicago, Wimbush helped Norfolk Southern secure a zoning change to allow expansion of the rail yard. Norfolk Southern also donated the 59th Street rail line to the city for a park development. The expansion was expected to add 400 jobs in a low income neighborhood, according to a September 2013 report.
With respect to its sustainability efforts, Norfolk Southern was recognized in the Carbon Disclosure Project’s S&P 500 Climate Disclosure Leadership Index for 2014. Wimbush said: “We choose to disclose the railroad’s carbon performance through CDP to be transparent and accountable to investors, customers, and communities in how we manage and attempt to mitigate environmental impacts of our operations. We are working hard to get even better.”
One of the last projects Wimbush participated in before his retirement was showcased on March 27, 2015 when Norfolk Southern CEO C. Wick Moorman announced the start of a $53-million energy conversion project at its Juniata Locomotive Shop that will substantially reduce carbon emissions and water usage at the facility. The project includes replacement of the shop’s coal boilers with natural gas heaters, installation of a 1.2-megawatt capacity combined heat and power generator that will produce enough electricity to sustain the entire 16-building complex, adding insulation, energy-efficient windows at key locations, high-speed roll-up doors on locomotive bays, and replacing roofing.
Wimbush retired May 1, 2015 after 35 years with Norfolk Southern. He was credited with leading the company’s successful efforts to adopt an enterprise-wide, results-driven approach to moderating its impact on the environment. Norfolk Southern CEO C. Wick Moorman stated “Blair’s contributions are reflected both in the personal environmental efforts our people make every day, as well as in our broad-based achievements that range from meaningful reductions in fuel and energy consumption to our ‘Trees to Trains’ program for reforesting a large part of the Mississippi Alluvial Valley. He retires with our gratitude for a much cleaner, much greener, and far more environmentally-conscious railroad.”
Blair Wimbush has been a leader in several legal and civic organizations. He was named a Fellow of the Virginia Law Foundation in 1998 and a Fellow of the American Bar Foundation in 2005. He has been recognized as one of Virginia’s Legal Elite for Civil Litigation by “Virginia Business.” He is a member of the Virginia State Bar and the American Bar Association, National Bar Association, Virginia Bar Association, Old Dominion Bar Association, Twin City Bar Association and Norfolk-Portsmouth Bar Association.
He has been President of the Virginia Commission on Women and Minorities in the Legal Profession; President of the Virginia Law Foundation; Board member for the Old Dominion Bar Association and Virginia Bar Association; Member of the Supreme Court of Virginia Task Force on Gender Bias; and Member of the Virginia Bar Association Committee on Special Issues of National and State Importance. He is a member of the Virginia Bar Association’s 125th Summer Meeting Celebration Committee for the event on July 23-26, 2015.
As of August 2012, he is the former Alumni Council President at University of Virginia School of Law, a University of Virginia School of Law Business Advisory Council member and a member of the University of Virginia Law School Foundation Board of Trustees. He was a member of the reunion committee for the May 2015 reunion of the University of Virginia School of Law Class of 1980.
Wimbush has been active in charitable organizations, including the American Red Cross and Big Brothers Big Sisters of America.
He has been President of the Roanoke Museum of Fine Arts. In 2005, he became a member of the executive committee of the board of the Virginia Symphony Orchestra and in 2006, he became chairman of the development committee. As Chairman of the Board of the Virginia Symphony Orchestra, he helped steer the Orchestra through difficult financial times in 2008 and immediately following years. Under his leadership, the Orchestra secured a loan from the Norfolk Economic Development Authority and avoided bankruptcy. As of May 2015, he continued to serve as a member of the Virginia Symphony Foundation Board of Directors.
In 2006, he was named a member of the Board of Trustees of the Virginia Historical Society for a six-year term.
Wimbush serves on the awards selection committee for the Harry F. Byrd, Jr. Leadership Award. The award recognizes Virginia high school students exhibiting excellence of character, leadership, devotion to duty, and academic accomplishment.
Wimbush also has been a member of the advisory board of the E. V. Williams Center for Real Estate and Economic Development at Old Dominion University. As of May 2015, he continued to serve on the Williams Center advisory board.
As of May 2015, Wimbush was serving as an as an Executive Board member of VIRGINIAforever, which describes its organization as a diverse coalition of businesses, environmental organizations, and outdoor enthusiasts that advocates for increased funding for water quality improvements and land conservation across the Commonwealth.
On April 4, 2015, Virginia Governor Terry McAuliffe announced that Wimbush had been appointed to the Virginia Port Authority board, replacing a board member whose term was up on June 30, 2016 and who had resigned.
F. Blair Wimbush’s accomplishments have resulted in recognition through his entries in “Marquis Who’s Who” and “Who’s Who Among African Americans.”

Radbrook Green

Coordinates: 52°41′53″N 2°46′30″W / 52.698°N 2.775°W / 52.698; -2.775 Radbrook (officially Radbrook Green) is the name of a small suburb of Shrewsbury, situated to the south-west of the town, approximately 1.5 miles from the town centre. Construction of the estate started in the late 1970s, with most of the estate completed by the early 1990s. The population of the Shewsbury Ward at the 2011 census was 3,979. It is a private housing estate, predominantly seen as a middle class area of the town.
The suburb’s name is often shortened to “Radbrook”, and the northern part of the estate is often referred to as ‘Collegefields’ (as houses in this area were built on fields of the nearby Shrewsbury College)
There is a post office, and other amenities such as a pub (Inn on the Green), and the Radbrook Community Centre which is home to the local Anglican church (Christ The King, Radbrook). The community centre was opened in 2005 after over 10 years of fundraising and campaigning for its construction. The local hotel, the Radbrook Hall Hotel, closed down in 2006 to be developed for housing and has since been demolished as a part of this programme of development.
Primary education in the suburb is largely handled by Radbrook Primary School, which opened in 1989. The Priory secondary school opened in 1939 and is situated on the edge of the suburb. The Meole Brace secondary school and science college is nearby situated on the edge of the suburb/neighbourhood Meole Brace which is an neighbouring suburb to Radbrook Green as is Copthorne, Kingsland and Belle Vue.
Radbrook Technical College is also in Radbrook, on Radbrook Road. It was built in 1898 and was latterly a campus of Shrewsbury College until this was closed in 2014. Planning permission was being sought in 2015 by site owners Shropshire Council and the Radbrook Foundation to develop the site for homes.

Jean-Toussaint Fieschi

Jean-Toussaint Fieschi, (né le 23 novembre 1893 à Petreto-Bicchisano, Corse du Sud – décédé en 1955 à Lyon, Rhône), est un général français.

Pilote de chasse en 1916, il fait partie de l’escadrille Spa 80. En combat le 18 septembre 1918, il entre en collision avec le SPAD de l’adjudant Antonin Gautier, qui est tué.
Durant l’entre-deux-guerres, il participe à diverses missions militaires à l’étranger. Entre 1920 et 1923, il est le chef de la mission militaire au Venezuela où il crée et organise l’aviation maritime et postale. Il se rend ensuite en Chine, pour enseigner à l’école de guerre de Pékin de 1927 à 1929. En 1930, il est général dans l’armée chinoise, conseiller militaire du maréchal Tchang Kaï-chek et attaché militaire pour l’Extrême Orient.
Attaché militaire à Rome en 1940, il entre en Résistance et est déporté.
Rendu à la vie civile, il est élu conseiller municipal de Lyon en 1953 et est adjoint d’Édouard Herriot pour la police, les affaires sociales et les sports. À ce titre, il fit construire la couverture du stade de Gerland à Lyon.
Jean-Toussaint Fieschi est Grand officier de la Légion d’honneur et titulaire des Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945 avec Palmes.
Dans son village natal, un monument est érigé en son honneur. Œuvre du sculpteur Pierre Dionisi, grand prix de Rome. Ce monument de granit inauguré le 11 août 1957 emprunte la forme d’un avion, avec au centre l’effigie en bronze du général aviateur.

Titan (lune)

Titan est le plus grand satellite de la planète Saturne. Avec un diamètre 6 % plus grand que celui de Mercure, Titan est par la taille le deuxième satellite du système solaire, après Ganymède. Il s’agit du seul satellite connu à posséder une atmosphère dense. Découvert par l’astronome hollandais Christian Huygens en 1655, Titan est la première lune observée autour de Saturne.
Titan est principalement composé de roche et d’eau gelée. Son épaisse atmosphère a longtemps empêché l’observation de sa surface jusqu’à l’arrivée de la mission Cassini-Huygens en 2004. Cette dernière a permis la découverte de lacs d’hydrocarbures liquides dans les régions polaires du satellite. Du point de vue géologique, la surface de Titan est jeune ; quelques montagnes ainsi que des cryovolcans éventuels y sont répertoriés, mais cette surface demeure relativement plate et lisse avec peu de cratères d’impact observés.
L’atmosphère de Titan est composée à 98,4 % de diazote et comporte 1,6 % de nuages de méthane et d’éthane. Le climat — qui comprend des vents et de la pluie de méthane — crée sur la surface des caractéristiques similaires à celles rencontrées sur Terre, telles des dunes et des côtes, et, comme sur la Terre, présente des saisons. Avec ses liquides (à la fois à la surface et sous la surface) et son épaisse atmosphère de diazote, Titan est perçu comme un analogue de la Terre primitive, mais à une température beaucoup plus basse. Le satellite est cité comme un possible hébergeur de vie extraterrestre microbienne ou, au moins, comme un environnement prébiotique riche en chimie organique complexe. Certains chercheurs suggèrent qu’un possible océan souterrain pourrait servir d’environnement favorable à la vie,.

Titan est à une distance de 1 222 000 km de Saturne (soit 20,2 rayons saturniens). Il a un diamètre de 5 151 km ; en comparaison, la planète Mercure a un diamètre moyen volumétrique de 4 879 km, la Lune de 3 474 km, Mars de 6 779 km et la Terre de 12 742 km.
Avant l’arrivée de la sonde Voyager 1 en 1980, la communauté scientifique pensait Titan légèrement plus grand que Ganymède (faisant 5 262 km de diamètre), ce qui aurait fait de lui la plus grande lune du système solaire. Cette surestimation était induite par l’atmosphère dense et opaque de Titan, qui s’étend à plus de 100 kilomètres au-dessus de sa surface et augmente ainsi son diamètre apparent.
Titan est donc le deuxième plus grand satellite du système solaire, et le plus grand satellite de Saturne.
Le diamètre et la masse de Titan (et donc sa masse volumique) sont similaires à ceux des lunes galiléennes Ganymède et Callisto. Sur la base d’une masse volumique de 1,88 g⋅cm-3, Titan serait composé à moitié de glace d’eau et à moitié de roches (silicates et fer). Ces composés plus lourds sont très peu présents en surface où la glace est le composant principal de la croûte (par un phénomène de différenciation). Cette glace est majoritairement de la glace d’eau mais elle est probablement mélangée avec de la glace d’ammoniac (NH3) ainsi qu’à des glaces d’hydrocarbures, principalement du méthane (CH4) et de l’éthane (C2H6).
Titan est très probablement différencié en plusieurs couches, avec un noyau rocheux de 3 400 km de diamètre entouré par plusieurs couches de différentes formes cristallines de glace. L’intérieur du satellite est peut-être toujours chaud et il est possible qu’une couche liquide d’eau et d’ammoniac existe entre la croûte de glace Ih et les couches de glaces plus internes. Un indice d’un tel océan est donné par la sonde Cassini sous la forme d’ondes radio à très basse fréquence dans l’atmosphère de Titan ; la surface du satellite serait un mauvais réflecteur de ce type d’ondes, lesquelles sont plutôt réfléchies par la transition liquide-glace d’un océan interne.
Les données collectées par Cassini entre octobre 2005 et mai 2007 montrent que des repères caractéristiques de la surface se sont déplacés jusqu’à 30 km pendant cette période. Ce déplacement suggère que la croûte est séparée de l’intérieur de la lune, ce qui constitue un indice supplémentaire quant à l’existence d’un océan interne.
Titan est le seul satellite du système solaire possédant une atmosphère significativement développée ; les autres satellites n’ont au mieux que des traces de gaz. La taille de l’épaisseur de l’atmosphère de Titan serait comprise entre 200 km et 880 km (sur Terre, 99,999 % de la masse de l’atmosphère réside en dessous de 100 km d’altitude). Elle est opaque sur de nombreuses longueurs d’onde et interdit l’obtention d’un spectre de réflectance complet de la surface depuis l’extérieur.
L’existence d’une atmosphère est découverte par Gerard Kuiper en 1944 par spectroscopie. Ce dernier estime que la pression partielle de méthane est de l’ordre de 10 kPa. Plus tard, les observations des sondes Voyager montrent que la pression à la surface du satellite dépasse une fois et demie celle de la Terre (soit 1,5 bar). L’atmosphère comporte des couches opaques de brouillard qui bloquent la pénétration de la majorité de la lumière reçue du Soleil. Pour cette raison, la sonde Huygens a été incapable de détecter la position de celui-ci lors de sa descente, et, bien qu’elle a réussi à prendre des images de la surface, l’équipe de chercheurs responsables de la sonde décrit le processus comme « photographier un stationnement recouvert d’asphalte au crépuscule ».
La température moyenne de l’atmosphère au niveau du sol est de 94 K (−179 °C ou −290 °F) ; elle atteint un minimum de 72 K (−201 °C ou −330 °F) au niveau de la tropopause (à une altitude de 40 km).
L’atmosphère de Titan est composée à 98,4 % de diazote — la seule atmosphère dense riche en azote du système solaire en dehors de la Terre —, les 1,6 % restants étant composés de méthane et de traces d’autres gaz comme des hydrocarbures (dont l’éthane, le diacétylène, le méthylacétylène, l’acétylène et le propane), du cyanoacétylène, du cyanure d’hydrogène, du dioxyde de carbone, du monoxyde de carbone, du cyanogène, de l’argon et de l’hélium.
Les chercheurs de la NASA pensent que les hydrocarbures forment la haute atmosphère. Ils proviennent de réactions de dissociation du méthane par la lumière ultraviolette du soleil qui produisent un épais smog orangé. Titan n’a aucun champ magnétique et orbite parfois en dehors de la magnétosphère de Saturne, l’exposant directement au vent solaire. Il est possible que certaines molécules soient ionisées et emportées en dehors de la haute atmosphère. En novembre 2007, des scientifiques découvrent des anions lourds dans l’ionosphère de Titan et estiment que ceux-ci tombent vers les régions plus basses pour former la brume orange qui obscurcit la surface du satellite. Leur structure n’est pas connue, mais il pourrait s’agir de tholins formant les bases de molécules plus complexes, comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques,. Ces résidus atmosphériques pourraient avoir formé des couches plus ou moins épaisses et ainsi recouvrir certaines parties de la surface de Titan d’une sorte de bitume. Les traces d’écoulement observées par la mission Cassini-Huygens sont bien plus sombres que le matériau sur lequel elles serpentent. Il est probable qu’elles sont recouvertes de tholins apportés par les pluies d’hydrocarbures liquides qui lessivent les parties apparaissant plus claires.
En 2013, les chercheurs du Dapnia, un institut du CEA situé à Saclay, découvrent du propène dans l’atmosphère de Titan en analysant les mesures de la sonde Cassini.
La circulation atmosphérique suit la direction de la rotation de Titan, d’ouest en est. Les observations de l’atmosphère effectuées par Cassini en 2004 suggèrent que l’atmosphère tourne plus rapidement que la surface.
L’ionosphère de Titan est plus complexe que celle de la Terre. La partie principale se situe à 1 200 km d’altitude, mais une couche additionnelle de particules chargées existe à 63 km d’altitude. L’atmosphère de Titan est donc en quelque sorte séparée en deux chambres résonnantes aux ondes radio distinctes. Titan émet des ondes à très basse fréquence dont l’origine n’est pas connue, car il ne semble pas y avoir d’activité orageuse intense.
La surface de Titan est décrite comme « complexe, produite par des fluides et géologiquement jeune ». La sonde Cassini utilise un altimètre radar et un radar à synthèse d’ouverture pour cartographier certaines zones de Titan pendant ses survols. Les premières images révèlent une géologie diversifiée, avec des régions lisses et d’autres irrégulières. D’autres semblent d’origine volcanique, probablement liées à un dégorgement d’eau mélangée à de l’ammoniac. Certaines zones sont susceptibles d’avoir été créées par des particules poussées par le vent,. Globalement, la surface est relativement plate, les quelques zones ressemblant à des cratères d’impact semblent avoir été remplies, peut-être par des pluies d’hydrocarbures ou des volcans. L’altimétrie radar suggère que les variations d’altitude sont faibles, typiquement de l’ordre de 150 m. Néanmoins certaines zones atteignent jusqu’à 500 m de dénivelé et Titan possède des montagnes, certaines hautes de plusieurs centaines de mètres, jusqu’à plus d’un kilomètre.
La surface de Titan est marquée par de grandes régions de terrain clair ou foncé. Parmi celles-ci, Xanadu est une zone équatoriale réfléchissante d’une surface égale à celle de l’Australie. Elle est identifiée pour la première fois grâce à des images prises dans l’infrarouge par le télescope spatial Hubble en 1994, puis observée par la suite par la sonde Cassini. Cette région est remplie de collines et parcourue de vallées et de gouffres. Elle est traversée par endroits par des lignes sombres sinueuses ressemblant à des crêtes ou des crevasses. Celles-ci pourraient être d’origine tectonique et indiquer que Xanadu est une zone géologiquement jeune. Il pourrait également s’agir de canaux d’origine liquide, suggérant au contraire un terrain ancien érodé par des ruisseaux. Des zones sombres de taille similaires existent ailleurs sur la lune et sont observées depuis l’espace comme depuis le sol ; il pourrait s’agir de lacs de méthane et d’éthane, mais les observations récentes de Cassini semblent indiquer que ce n’est pas le cas.
En 2005, le module Huygens se pose sur Titan à l’est de la région nommée Adiri et photographie des collines pâles traversées de « rivières » sombres se dirigeant vers une plaine également sombre. Ces collines seraient composées de glace d’eau. Des composés organiques sombres, créés dans la haute atmosphère de Titan par le rayonnement ultraviolet du Soleil, pourraient pleuvoir sur ces montagnes. Ils seraient ensuite lessivés par la pluie de méthane et déposés sur les plaines.
Après s’être posé, Huygens photographie une plaine sombre couverte de petits rochers et de cailloux, tous deux composés de glace d’eau. Des signes d’érosion sont visibles à la base des rochers, indiquant une possible activité fluviale. La surface se révèle alors plus sombre que prévu et est composée d’un mélange d’eau et de glace d’hydrocarbures. Le « sol » visible dans les images prises par la sonde pourrait s’être formé par précipitation d’hydrocarbures. Il est possible que des régions de la surface de Titan soient recouvertes d’une couche de tholins, sans que ce point n’ait pu être encore confirmé.
Les conditions de température et de pression à la surface de Titan permettent au méthane et à l’éthane d’exister sous forme liquide. La présence de méthane liquide à la surface permettrait d’expliquer la grande quantité de méthane dans l’atmosphère. Cette hypothèse a été formulée lorsque les planétologues se sont rendus compte du phénomène de destruction du méthane atmosphérique, au cours des années 1970. L’hypothèse d’un océan planétaire d’hydrocarbures est même envisagée mais les premières observations de la surface de Titan en infrarouge et en ondes radio depuis la Terre réfutent cette possibilité. Les sondes Voyager montrent que l’atmosphère de Titan est compatible avec l’existence de liquides, mais une preuve directe n’est obtenue qu’en 1995, lorsque des données du télescope Hubble ainsi que d’autres observations ont suggéré l’existence sur Titan de méthane liquide sous forme soit de poches disjointes soit de lacs et de mers de la taille d’océans.
La mission Cassini ne confirme pas immédiatement cette dernière hypothèse. En effet, lorsque la sonde arrive dans le système de Saturne en 2004, les chercheurs de la NASA et de l’ESA espèrent que des lacs d’hydrocarbures soient détectables par la réflexion du Soleil à leur surface, mais aucune réflexion spéculaire n’est initialement observée. De nombreuses images – qui furent prises par Cassini en 2004 et 2005 – évoquant des côtes s’avèreront finalement n’être que des limites entre zones claires et zones sombres.
C’est en juin 2005, au pôle sud, que le premier lac potentiel est identifié sous l’aspect d’une zone très sombre, a posteriori nommée Ontario Lacus. Ce lac a probablement été créé par les précipitations des nuages qui se concentrent à cet endroit. À la suite du survol du 22 juillet 2006, Cassini prend les images des latitudes nord du satellite et met en évidence de grandes zones lisses (et donc sombres au radar) qui constellent la surface près du pôle. Sur la base de ces observations, l’existence de lacs remplis de méthane à la surface de Titan est alors confirmée en janvier 2007,. L’équipe scientifique de Cassini–Huygens conclut que les régions imagées sont selon toute vraisemblance des lacs d’hydrocarbures, devenant ainsi les premières étendues de liquide stables découvertes en dehors de la Terre. Certaines d’entre elles sont localisées dans des dépressions topographiques et semblent posséder des canaux associés avec du liquide.
La sonde Cassini ne découvre que peu de cratères d’impact à la surface de Titan, ce qui suggère une surface jeune. Parmi les cratères découverts, les plus notables sont Menrva, le plus grand avec un bassin de 440 km de diamètre à plusieurs anneaux ; Sinlap, un cratère à fond plat de 80 km de diamètre ; et Ksa, un cratère de 30 km de large possédant un pic central et un plancher sombre. Cassini met également en évidence des « cratériformes », des objets circulaires à la surface de Titan qui pourraient être liés à des impacts, mais qui ne possèdent pas certaines caractéristiques rendant leur identification certaine. Par exemple, un anneau de matériau clair de 90 km de diamètre nommé Guabonito pourrait être un cratère rempli de sédiments sombres. D’autres zones similaires sont observées dans les régions sombres nommées Shangri-la et Aaru. Des objets circulaires sont également observés par Cassini dans la région claire Xanadu lors du survol du 30 avril 2006.
Des modèles de trajectoires et d’angles d’impact réalisés avant la mission Cassini suggèrent que lors d’un impact avec la croûte d’eau glacée, une petite partie des éjectas aqueux reste à l’état liquide dans le cratère. Celle-ci pourrait demeurer à l’état liquide pendant plusieurs siècles, une durée suffisante pour la synthèse de molécules précurseurs à l’apparition de la vie. L’atmosphère de Titan pourrait également jouer un rôle de bouclier en divisant par deux le nombre d’impacts et donc de cratères à sa surface.
Titan est sujet au cryovolcanisme. De l’argon-40 détecté dans l’atmosphère indique que des volcans expulsent des panaches non pas de lave mais de liquides composés d’eau et d’ammoniac. Cassini ayant détecté des émissions de méthane provenant d’un cryovolcan, la communauté scientifique pense désormais que ce volcanisme est une source significative de la présence de méthane dans l’atmosphère,. L’un des premiers objets observé par Cassini, Ganesa Macula, ressemble à certains volcans de Vénus et est suspecté d’être d’origine cryovolcanique. La pression nécessaire pour alimenter les cryovolcans pourrait être générée par la couche de glace externe de Titan. La glace, surplombant une couche de sulfate d’ammonium liquide, pourrait flotter vers le haut et ce système instable pourrait produire des épanchements brutaux. Des grains de glace et de la cendre de sulfate d’ammonium feraient surface de cette façon.
Une chaîne de montagnes mesurant 150 km de long, 30 km de large et 1,5 km de haut est découverte par Cassini en 2006. Cette chaîne, située dans l’hémisphère sud, serait composée d’un matériau glacé recouvert d’une glace de méthane. Le mouvement des plaques tectoniques, possiblement influencé par un bassin d’impact proche, pourrait avoir ouvert une brèche à travers laquelle le matériau a fait surface.
Sur les premières images de la surface de Titan prises depuis la Terre au début des années 2000, de grandes régions sombres sont mises en évidence à cheval sur l’équateur. Avant l’arrivée de Cassini, les chercheurs pensaient que ces régions étaient des mers de matière organique, de bitume ou d’hydrocarbures liquides. Les images radar prises par Cassini révèlent que certaines de ces régions sont en réalité de grandes plaines recouvertes de dunes, certaines mesurant jusqu’à 330 mètres de hauteur. Des dunes de ce type seraient formées par des vents modérément variables qui soufflent dans une direction moyenne ou alternent entre deux directions distinctes. Dans le cas de Titan, des vents zonaux constants se combineraient avec des vents de marées variables. Ces derniers résultent des forces de marée de Saturne sur l’atmosphère de Titan, lesquelles sont 400 fois plus importantes que celles de la Lune sur la Terre et tendent à orienter le vent vers l’équateur. Ces motifs de vent conduisent les dunes à se former sur de longues lignes parallèles orientées d’ouest en est. Ces dunes se brisent autour des montagnes, où la direction du vent change. Selon Athena Coustenis de l’observatoire de Paris-Meudon, ces dunes seraient au contraire formées de poussières dont la densité est bien moindre que sur Terre, où les grains de sable sont formés de silice. Des vents réguliers de faible puissance suffiraient donc à mettre les sables titaniens en mouvement[réf. nécessaire].
Le sable sur Titan pourrait s’être formé à la suite de l’écoulement du méthane liquide responsable de l’érosion du substrat de glace, peut-être sous la forme de crues. Il pourrait également provenir de solides organiques produits lors de réactions photochimiques dans l’atmosphère du satellite,,.
Titan complète son orbite autour de Saturne en 15 jours et 22 heures. Comme la Lune et de nombreux autres satellites des géantes gazeuses, sa période orbitale est identique à sa période de rotation : Titan est donc en rotation synchrone avec Saturne. Son excentricité orbitale atteint 0,0288 et son inclinaison 0,348° par rapport à l’équateur de Saturne. Titan est situé à 1,2 million de kilomètres de Saturne (soit 20 rayons saturniens). Il est le vingtième satellite confirmé en partant du centre de la planète, le sixième des sept satellites de la planète suffisamment grands pour posséder une forme sphérique (seul Japet est plus externe).
Les orbites de Titan et d’Hypérion — un petit satellite irrégulier — sont en résonance 3:4 : Titan effectue quatre orbites autour de Saturne quand Hypérion en complète trois. Sur la base des modèles de formation du système saturnien, Hypérion se serait probablement formé dans cet îlot de stabilité orbitale, Titan ayant absorbé ou éjecté les objets situés en dehors.
La température à la surface de Titan est d’environ 94 K (−179 °C). À cette température, la glace d’eau ne se sublime pas et l’atmosphère est presque entièrement dénuée de vapeur d’eau. Le brouillard de l’atmosphère contribue à un contre-effet de serre en réfléchissant la lumière du soleil : la surface de Titan est nettement plus froide que sa haute atmosphère. Les nuages de Titan, probablement composés de méthane, d’éthane et d’autres composés organiques simples, sont épars et variables et ponctuent l’ensemble du brouillard. Ce méthane atmosphérique crée quant à lui un effet de serre, sans lequel la surface de Titan serait encore plus froide. Les données de la sonde Huygens indiquent qu’il pleut périodiquement du méthane liquide ainsi que d’autres composés organiques depuis l’atmosphère jusqu’à la surface de la lune. En octobre 2007, une augmentation de l’opacité apparente des nuages au-dessus de la région équatoriale de Xanadu est mesurée, suggérant une « bruine de méthane », bien qu’il n’y ait aucune preuve directe de pluies.
Les simulations de la configuration globale des vents fondées sur les données de la vitesse des vents prises par Huygens durant sa descente ont suggéré que l’atmosphère de Titan circule dans une énorme et unique cellule de Hadley. L’air chaud monte dans l’hémisphère sud de Titan (hémisphère qui était en « été » lors de la descente de Huygens) et descend dans l’hémisphère nord. Cela entraîne un débit d’air de haute altitude du sud vers le nord et un flux d’air à basse altitude du nord au sud. Une telle cellule de Hadley n’est possible que sur un système qui tourne lentement, ce qui est le cas de Titan. La circulation du vent de pôle à pôle semble être centrée sur la stratosphère ; les simulations suggèrent qu’ils changent tous les douze ans, avec une période de transition de trois ans, au cours de l’année de Titan (équivalente à 30 années terrestres). Cette cellule crée une bande globale de basse pression ce qui est en effet une variation de zone de convergence intertropicale terrestre (ZCIT). Contrairement à la Terre, cependant, où les océans limitent la ZCIT aux tropiques, sur Titan, la zone se promène d’un pôle à l’autre, transportant avec lui des nuages chargés d’une pluie de méthane. Cela signifie que Titan, en dépit de ses températures glaciales, peut être considéré comme ayant un climat tropical.
Le nombre de lacs de méthane visibles près du pôle sud de Titan est nettement plus petit que le nombre observé à proximité du pôle nord. Comme le pôle Sud est actuellement[Quand ?] en été et le nord en hiver, une hypothèse se dégage selon laquelle les pluies de méthane s’abattent sur les pôles en hiver et s’en évaporent en été.
En septembre 2006, Cassini a pris une image d’un gros nuage à une altitude de 40 km au-dessus du pôle nord de Titan. Bien que le méthane soit connu pour se condenser dans l’atmosphère de Titan, le nuage serait plus probablement composé d’éthane, car les particules détectées mesuraient seulement de 1 à 3 micromètres et que l’éthane pouvait aussi congeler à ces altitudes. En décembre 2006, Cassini a de nouveau observé la couverture nuageuse et détecté du méthane, de l’éthane et d’autres composés organiques. Le nuage mesurait plus de 2 400 km de diamètre et était toujours visible au cours d’un survol suivant un mois plus tard. Une hypothèse est qu’il pleut (ou, s’il fait suffisamment froid, qu’il neige) sur le pôle nord, les courants descendants à des latitudes septentrionales sont assez forts pour « souffler » les particules organiques sur la surface de la lune. Ce sont là les preuves les plus solides qui plaident pour la vieille hypothèse du cycle méthanologique (analogue au cycle hydrologique terrestre) sur Titan.
Les nuages ont également été trouvés dans le ciel titanien austral. Tout en couvrant généralement 1 % du disque de la lune, des explosions ont été observées dans la couverture nuageuse qui s’étend alors rapidement à pas moins de 8 %. Une hypothèse conclut que les nuages se forment lors d’accroissement de la lumière du Soleil pendant l’été titanien, générant un soulèvement dans l’atmosphère, qui contribue à la convection. Cette explication est compliquée par le fait que la formation des nuages a été observée non seulement après le solstice d’été, mais également à la mi-printemps. L’augmentation du taux d’« humidité de méthane » au pôle sud contribue éventuellement à l’augmentation rapide de la taille des nuages. La période estivale sur Titan dure environ quinze ans dans chaque hémisphère lorsque l’orbite de Saturne, qui régit le mouvement de la lune, les fait alternativement pencher vers le Soleil. Lors du changement de saison, l’éthane commence à se condenser au-dessus du pôle passant dans sa période hivernal.
Les modèles de recherche qui sont étayés par les observations, suggèrent que des nuages titaniens se groupent sur des zones privilégiées et que la couverture nuageuse varie selon sa distance à la surface sur les différents paysages du satellite. Dans les régions polaires (supérieures à 60° de latitude), des nuages d’éthane répandus et durables apparaissent dans et au-dessus de la troposphère ; à des latitudes inférieures, se sont principalement des nuages de méthane qui se trouvent entre 15 et 18 km d’altitude, et sont plus sporadiques et localisés. Dans l’hémisphère d’été, des nuages de méthane sont fréquents et épais mais sporadiques et semblent se regrouper autour de 40° de latitude.
Les observations au sol révèlent aussi des variations saisonnières de la couverture nuageuse. Au cours de l’orbite de trente ans de Saturne, les systèmes nuageux de Titan semblent se manifester pendant vingt-cinq ans, puis se dissiper durant les quatre à cinq années suivantes, avant de réapparaitre à nouveau.
La composition actuelle de l’atmosphère de Titan semble assez proche de l’hypothèse faite pour celle de l’atmosphère primitive de la Terre, c’est-à-dire l’atmosphère de la Terre telle qu’elle était avant que les premiers organismes vivants ne commencent à libérer de l’oxygène. La présence au sein de l’atmosphère de Titan de molécules organiques complexes identiques à celles qui pourraient être à l’origine de l’apparition de la vie sur Terre fait de Titan un objet d’étude très intéressant pour les exobiologistes.
L’expérience de Miller-Urey et d’autres expériences ultérieures démontrent qu’il est possible de produire des molécules complexes et des polymères comme les tholins à partir d’une atmosphère similaire à celle de Titan soumise à un rayonnement ultraviolet. Les réactions débutent par la dissociation de l’azote et du méthane, formant du cyanure d’hydrogène et de l’acétylène. Des réactions ultérieures sont le sujet de nombreuses études.
Toutes ces expériences suggèrent qu’il existe suffisamment de matériau organique sur Titan pour initier une évolution chimique analogue à celle qui s’est produite sur Terre. Cette analogie suppose la présence d’eau liquide sur de plus longues périodes que ce qui est actuellement observé, mais plusieurs théories avancent que de l’eau liquide provenant d’un impact pourrait être préservée sous une couche isolante de glace. Des océans d’ammoniac liquide pourraient également exister sous la surface, ; un modèle suggère une couche d’eau et d’ammoniac située à 200 km de profondeur sous la croûte, des conditions qui « semblent extrêmes du point de vue terrestre, mais telles que la vie pourrait y survivre ». Les transferts de chaleur entre l’intérieur et les couches externes sont critiques dans le maintien d’une vie dans un tel océan.
La détection d’une vie microbienne sur Titan dépend de ses effets biogéniques : par exemple une origine biologique du méthane et de l’azote de l’atmosphère peut être prise en compte. L’hydrogène est cité comme une molécule capable d’indiquer l’existence de vie sur Titan : si une forme de vie produisant du méthane consomme de l’hydrogène en volume suffisant, elle aura un effet mesurable sur leur concentration dans la troposphère.
Malgré ces possibilités, l’analogie avec la Terre est inexacte. À cette distance du Soleil, Titan est glaciale (un effet accru par l’anti-effet de serre de sa couverture nuageuse) et son atmosphère est dépourvue de dioxyde de carbone qui est gelé dans le sol, mélangé à la glace d’eau. Par contre, le méthane peut faire un effet de serre, mais seulement sur les bandes spectrales du rayonnement thermique émis à ces températures très basses. Du fait de ces contraintes, le sujet de la vie sur Titan est sans doute mieux décrit comme une expérience permettant de tester les théories traitant des conditions nécessaires précédant au développement de la vie sur Terre. Même si la vie n’y existe pas, les conditions prébiotiques de l’environnement de Titan et la possible présence d’une chimie organique, restent d’un grand intérêt dans la compréhension de l’histoire primitive de la biosphère terrestre.
Titan est découvert le 25 mars 1655 par l’astronome hollandais Christian Huygens, inspiré par la découverte des quatre satellites de Jupiter par Galilée en 1610 à l’aide d’un télescope. Huygens contribue lui-même à certaines avancées dans le domaine des télescopes. Il découvre Titan alors qu’il cherche à étudier les anneaux de Saturne dont la nature n’est, à cette époque, pas encore connue : il observe un point lumineux. Huygens publie sa découverte la même année dans l’ouvrage De Saturni Luna Observatio Nova.
Huygens nomme sa découverte simplement Saturni Luna (ou Luna Saturni), nom latin qui signifie « lune de Saturne ». Lorsque Jean-Dominique Cassini découvre quatre autres satellites de Saturne entre 1673 et 1686, les astronomes prennent l’habitude d’appeler les cinq corps de Saturne I à Saturne V, Titan recevant le plus souvent le numéro quatre. Titan est officiellement numéroté « Saturne IV » lorsque la numérotation est gelée après 1789. Ce n’est qu’en 1847 que John Herschel, fils de William Herschel (découvreur de Mimas et Encelade en 1789), propose que les désignations numériques soient remplacées par les noms de Titans, frères et sœurs de Cronos (équivalent de Saturne dans la mythologie grecque).
Titan n’est jamais visible à l’œil nu, mais peut être observé à l’aide de petits télescopes ou de bonnes jumelles. Son observation en amateur est difficile à cause de la proximité du globe de Saturne et du système annulaire. C’est pourquoi les observations du satellite sont peu nombreuses avant l’âge spatial. En 1907, l’astronome espagnol Josep Comas i Solá annonce qu’il a observé un assombrissement des bords du disque de Titan et deux zones blanches et rondes en son centre. En 1940, Gerard Kuiper déduit que Titan possède une atmosphère.
La première sonde à visiter Saturne est Pioneer 11 en 1979 : elle permet de déterminer que Titan était probablement trop froid pour héberger toute forme de vie. L’engin prend les premières photos de la lune, mais celles-ci sont de faible qualité. Le premier plan rapproché de Titan est pris le 2 septembre 1979.
Titan est ensuite approché par Voyager 1 en 1980 et Voyager 2 en 1981. La trajectoire de Voyager 1 est spécifiquement modifiée pour passer plus près de la lune, mais la sonde ne possède aucun instrument capable de voir à travers l’atmosphère du satellite, une caractéristique non envisagée lors de réalisation de la sonde. Plusieurs années après, un traitement intensif des images prises par Voyager 1 à l’aide de son filtre orange suggère l’existence des régions claires et sombres connues désormais sous le nom de Xanadu et Shangri-la mais, à ce moment-là, elles ont déjà été observées dans l’infrarouge par le télescope spatial Hubble. Voyager 2 ne passe pas à proximité de Titan. L’équipe responsable de la sonde a la possibilité de la placer soit sur une trajectoire l’amenant près du satellite soit dans la direction d’Uranus et Neptune. Du fait de l’expérience de Voyager 1, la deuxième option est choisie.
Titan a été l’un des objectifs principaux de la mission Cassini-Huygens, la première à être spécialement consacrée à l’exploration de Saturne et de son environnement. La mission est composée de deux parties distinctes : l’orbiteur Cassini développé par la NASA et le module d’exploration Huygens développé par l’ESA. Lancée en octobre 1997, elle a atteint le système saturnien le 1er juillet 2004.
Cassini, qui a étudié plusieurs satellites de Saturne, survole Titan et étudie l’astre au cours de passages rapprochés (fly-by) à l’aide principalement des instruments RADAR et VIMS. Le 26 octobre 2004, la sonde prend des photographies en haute résolution de la surface de la lune, à seulement 1 200 km de distance, permettant de discerner des zones claires et sombres invisibles depuis la Terre. Le 22 juillet 2006, Cassini débute le premier d’une série de plusieurs survols de Titan, tous à seulement 950 km du satellite. Des zones liquides auraient été détectées près du pôle nord après le seizième passage, sous la forme de plus de soixante-quinze lacs de méthane. En avril 2009, des mesures de Cassini indiquent que Titan n’est pas complètement sphérique mais de forme ovale car aplati aux pôles. Cette observation est compatible avec la présence d’un océan de méthane liquide sous sa surface. Mais une étude publiée en décembre 2009 propose au contraire l’existence d’un océan d’eau liquide avec une solution d’ammoniac, sous une couche de glace de quelques dizaines de kilomètres d’épaisseur.
Le module Huygens, destiné à l’étude de l’atmosphère de Titan, se pose sans encombre le 14 janvier 2005 à la surface de la lune saturnienne. Titan est ainsi devenu le cinquième astre sur lequel l’homme a réussi à faire atterrir un engin spatial, après la Lune, Vénus, Mars et l’astéroïde Eros. Titan est aussi le premier corps du système solaire lointain (au-delà de la ceinture d’astéroïdes) et le premier satellite d’une autre planète que la Terre sur lequel un objet terrestre se soit posé.
Huygens est entièrement consacré à l’étude de l’atmosphère et de la surface du satellite. Il fournit de nombreuses informations au cours de sa descente dans l’atmosphère et, une fois au sol, permet de découvrir que de nombreuses zones de la surface semblent avoir été formées par l’écoulement de liquides par le passé.
La NASA et l’ESA se sont regroupées pour réaliser une seconde mission à destination de Titan : la Titan Saturn System Mission (TSSM). Cette mission beaucoup plus aboutie que Cassini-Huygens devrait comporter trois parties : un orbiteur, une montgolfière et une sonde au sol. Le départ est prévu pour 2020 avec une arrivée à destination vers 2030.
À plus long terme, certains ingénieurs comme Robert Zubrin envisagent une colonisation de Titan[réf. nécessaire], en raison des ressources minières présentes, notamment l’hélium, le deutérium et les hydrocarbures.
Sur les autres projets Wikimedia :

Ecce homo (Nietzsche)

Ecce homo. Wie man wird, was man ist ist eine autobiographische Schrift des Philosophen Friedrich Nietzsche. Nietzsche arbeitete von Oktober 1888 bis zu seinem Zusammenbruch Anfang 1889 an dem Werk, das zum ersten Mal 1908 im Auftrag des Nietzsche-Archivs veröffentlicht wurde. Es ist nicht vollständig überliefert und in seiner heute anerkannten Form erst seit den 1970ern bekannt.
In Ecce homo gibt Nietzsche rückblickend Deutungen seiner philosophischen Schriften und präsentiert sich selbst und seine Erkenntnisse als schicksalhafte Ereignisse von weltbewegender Größe. Dabei stehen die Themen seines Spätwerks, besonders die Kritik am Christentum und die angekündigte „Umwertung aller Werte“, im Vordergrund.
Es gibt unterschiedliche Ansichten darüber, wie glaubwürdig Nietzsches Darstellungen sind und wie sehr die Schrift bereits von seiner Geisteskrankheit beeinflusst ist. Dennoch sind Nietzsches Selbstdeutungen in Ecce homo oft als Ausgangspunkt für weitere biographische und philosophische Deutungen seines Werks genommen worden. Als letztes größeres Werk Nietzsches – die gleichzeitig entstandenen, kleineren Werke Nietzsche contra Wagner und Dionysos-Dithyramben sind im Wesentlichen aus älterem Material kompiliert – nimmt es in der Nietzsche-Rezeption eine Sonderstellung ein. Das übliche Sigel des Buchs ist EH.

Der Titel spielt auf zwei klassische Redewendungen an: „ecce homo“ (sehet, welch ein Mensch!) hat laut Bibel Pontius Pilatus über Jesus Christus gesagt. Der Untertitel „Wie man wird, was man ist“ geht auf den Satz Pindars „Werde, der du bist“ (aus den Pythischen Oden) zurück, den Nietzsche schon in früheren Werken zitiert hatte. Den Titel Ecce homo hatte er auch schon einem kleinen Gedicht in der fröhlichen Wissenschaft gegeben.
Nietzsche schreibt im Vorwort, er wolle der Welt erklären, wer er sei, um nicht verwechselt zu werden. Er stellt die Größe seiner Aufgabe der Kleinheit seiner Zeitgenossen gegenüber, die ihn verkannt hätten. Er sei kein Popanz, „eher noch ein Satyr […] als ein Heiliger“, kein Weiser, kein Welt-Erlöser oder -Verbesserer, kein Fanatiker oder Idealist; zum Beleg zitiert er, wie noch häufig in dem Buch, einige Stellen aus Also sprach Zarathustra. Es schließt sich ein kurzer persönlicher Abschnitt („An diesem vollkommenen Tage […]“) an.
Die restlichen Kapitel sind wie folgt überschrieben:
Im Kapitel Warum ich so weise bin beschreibt Nietzsche sich selbst als Doppelnatur, die sowohl zu einer dekadenten „Kranken-Optik“ als auch zu großer Gesundheit fähig ist. Er personifiziert diesen Gegensatz in seinen Eltern, wobei er besonders seinem Vater vieles zu verdanken glaubt. Sich selbst sieht Nietzsche als im tiefsten Grunde gesund: Dies habe ihm ermöglicht, aus seinen vielfältigen Krankheiten Erkenntnisse und Nutzen zu ziehen. So habe er etwa das „Ressentiment“ (siehe v. a. Zur Genealogie der Moral) nur begriffen, da er es „aus der Kraft heraus und aus der Schwäche heraus erlebt“ habe.
Nietzsche protestiert dann im Kapitel Warum ich so klug bin gegen die bisherigen Religionen und Philosophien, die sich mit vermeintlich großen, tatsächlich aber unwichtigen Fragen beschäftigt und wirklichkeitsfremde Ideale aufgestellt haben. Sehr viel wichtiger seien die scheinbar kleinen Dinge: die Frage nach der richtigen Ernährung, der richtigen Wahl des Ortes, des Klimas, Art der Erholung, Fragen des persönlichen Geschmacks in Literatur und Musik – hier schaltet Nietzsche einige kulturkritische Bonmots ein – und schließlich geeignete Mittel der „Selbstsucht und Selbstzucht“.
„[D]iese kleinen Dinge – Ernährung, Ort, Clima, Erholung, die ganze Casuistik der Selbstsucht – sind über alle Begriffe hinaus wichtiger als Alles, was man bisher wichtig nahm. Hier gerade muss man anfangen, umzulernen. Das, was die Menschheit bisher ernsthaft erwogen hat, sind nicht einmal Realitäten, blosse Einbildungen, strenger geredet, Lügen aus den schlechten Instinkten kranker, im tiefsten Sinne schädlicher Naturen heraus – alle die Begriffe „Gott“, „Seele“, „Tugend“, „Sünde“, „Jenseits“, „Wahrheit“, „ewiges Leben.“ … Aber man hat die Grösse der menschlichen Natur, ihre „Göttlichkeit“ in ihnen gesucht … Alle Fragen der Politik, der Gesellschafts-Ordnung, der Erziehung sind dadurch bis in Grund und Boden gefälscht, dass man die schädlichsten Menschen für grosse Menschen nahm, – dass man die „kleinen“ Dinge, will sagen die Grundangelegenheiten des Lebens selber verachten lehrte …“
Das Kapitel Warum ich so gute Bücher schreibe leitet Nietzsche mit der Feststellung ein, dass seine Schriften bisher von niemandem verstanden worden seien, sofern sie überhaupt jemand wahrgenommen hätte. Die wenigen bisher erschienenen Besprechungen seiner Schriften (namentlich von Joseph Victor Widmann und Carl Spitteler) seien ganz verfehlt. Darauf folgend geht Nietzsche auf Fragen des Stils ein und hebt seine psychologischen Erkenntnisse hervor.
Danach gibt Nietzsche Anmerkungen und Deutungen zu seinen Schriften, von der Geburt der Tragödie bis zum Fall Wagner und der Götzen-Dämmerung. (Die Schrift Der Antichrist, die Nietzsche später veröffentlichen wollte, fehlt hier ebenso wie die gleichzeitig mit Ecce homo entstandenen Nietzsche contra Wagner und Dionysos-Dithyramben.) Auch diese Besprechungen nutzt Nietzsche zur Behandlung anderer Fragen, besonders sein Verhältnis zu Richard Wagner thematisiert er mehrfach. Am ausführlichsten ist die Besprechung des Zarathustra, den er in mehrerlei Hinsicht als den Höhepunkt seines Schaffens darstellt.
Im letzten Kapitel, Warum ich ein Schicksal bin, schreibt Nietzsche über die vermeintlich weltbewegende Bedeutung seiner Spätphilosophie, der Umwertung aller Werte. Er bezeichnet sich selbst als „Immoralisten“, dessen Einsichten zu großen Umbrüchen führen würden:
„Die Entdeckung der christlichen Moral ist ein Ereigniss, das nicht seines Gleichen hat, eine wirkliche Katastrophe. Wer über sie aufklärt, ist eine force majeure, ein Schicksal, – er bricht die Geschichte der Menschheit in zwei Stücke. Man lebt vor ihm, man lebt nach ihm … Der Blitz der Wahrheit traf gerade das, was bisher am Höchsten stand: wer begreift, was da vernichtet wurde, mag zusehn, ob er überhaupt noch Etwas in den Händen hat. Alles, was bisher „Wahrheit“ hiess, ist als die schädlichste, tückischste, unterirdischste Form der Lüge erkannt; der heilige Vorwand, die Menschheit zu „verbessern“ als die List, das Leben selbst auszusaugen, blutarm zu machen.“
Mehrfach fragt Nietzsche: „Hat man mich verstanden?“ Er schließt mit dem symbolischen Satz (Gegensatz): „Dionysos gegen den Gekreuzigten“.
Zwei weitere, kurze Abschnitte mit den Titeln Kriegserklärung und Der Hammer redet ließ Nietzsche nach Auffassung der heutigen Forschung kurz vor dem offenen Ausbruch seines Wahnsinns aus dem Manuskript nehmen.
Nietzsche entschloss sich an seinem 44. Geburtstag, dem 15. Oktober 1888, eine Autobiographie zu schreiben. Eine gewisse Neigung zu autobiographischen Betrachtungen hatte Nietzsche stets; bereits mit 14 Jahren hatte er einen ersten solchen Text Aus meinem Leben verfasst.
1888 hatte er die Götzen-Dämmerung und den Antichrist abgeschlossen; er war, zumindest nach eigenen Aussagen, in einer regelrecht euphorischen, arbeitsamen Stimmung. Anfang November war eine erste Version fertig und wurde seinem Verleger Naumann in Leipzig zugesandt. In den folgenden zwei Monaten nahm Nietzsche aber umfangreiche Ergänzungen und Änderungen vor; er arbeitete bis zu seinem Zusammenbruch Anfang Januar 1889 an der Schrift. In Nietzsches Briefen aus dieser Zeit lassen sich stärker werdende Zeichen von Größenwahn und andere Wahnvorstellungen erkennen, wie auch aus einigen Stellen im Ecce homo. Nietzsches rückblickende Selbstbeschreibungen sind von der Forschung teilweise als erstaunlich genau, teilweise wiederum als deutlich stilisiert oder schlicht irrig nachgewiesen worden. Nietzsche war in jener Zeit wohl tatsächlich von seiner historischen Bedeutung überzeugt und sah große Ereignisse kommen; er rechnete auch in ungewöhnlicher Schärfe mit Bekannten wie Hans von Bülow, Malwida von Meysenbug und seiner Schwester Elisabeth Nietzsche ab.
Die genaue Entstehungsgeschichte des Textes ist recht kompliziert. Im Dezember arbeitete Nietzsche außerdem an Nietzsche contra Wagner und den Dionysos-Dithyramben und wechselte beinahe täglich seine Meinung, welche Abschnitte in welches Buch aufgenommen werden und welche überhaupt gedruckt werden sollten. Eine genaue Genese des Textes hat Mazzino Montinari vorgelegt.
Nach Nietzsches Zusammenbruch wurde die Drucklegung des Werks abgebrochen; Heinrich Köselitz besorgte sich das Material aus der Druckerei und fertigte im Februar / März 1889 eine Abschrift an. Diese „Redaktionsversion“ Köselitz’ stimmt mit dem überlieferten Manuskript überein, aber Köselitz schrieb Franz Overbeck freimütig, dass er in seiner Abschrift „Stellen, welche selbst mir den Eindruck zu großer Selbstberauschung oder gar zu weit gehender Verachtung und Ungerechtigkeit machen“ ausgelassen habe. Diese Stellen – wie wohl auch einige von Nietzsche selbst wieder verworfene Entwürfe und Varianten, etwa der erwähnte Abschnitt „Kriegserklärung“ – sind offenbar in späteren Jahren im Nietzsche-Archiv vernichtet worden.
Werke Nietzsches werden nach der Kritischen Studienausgabe (KSA) zitiert.
Siehe Nietzsche-Ausgabe für allgemeine Informationen.

Episodi di Raven (prima stagione)

Voce principale: Raven (serie televisiva).
Raven si diverte a punzecchiare Cory fino a quando ha una visione in cui il fratello le dice in faccia “ti odio”. Quando i genitori sono costretti a letto per un’intossicazione alimentare, Raven si offre di sostituirli nell’organizzazione della festa di compleanno di Cory, così non potrà dire di odiarla: la buona riuscita del party è molto importante per il fratellino, in quanto il giorno prima si è festeggiato il compleanno del suo rivale Billy ed è stato un evento memorabile. Raven ingaggia “Ricky il rettile”, un addestratore di serpenti, che però mangia lo stesso piatto di spaghetti avariati che ha fatto star male i genitori: per non far fallire la festa, Raven è costretta a esibirsi con i serpenti, ma lo spettacolo non piace ai giovani ospiti. Raven interrompe Cory prima che possa dirle di odiarla: proprio in quel momento la maialina di “Ricky il rettile” partorisce un cucciolo e Billy dice a Cory che questa festa è stata migliore della sua.
Cory e il suo amico Miles ipnotizzano Victor, con l’effetto di addormentarlo proprio quando si apprestava a comparire in un programma televisivo di cucina.
Raven risponde male al signor Petracelli che decide di convocare i suoi genitori. Raven non vuole che sappiano della faccenda, anche perché le hanno appena regalato la linea telefonica privata come premio per essere diventata una ragazza responsabile. Raven si presenta al colloquio travestita da sua madre, ma Petracelli vuole vederle tutte e due insieme e, dopo un lungo tira e molla, il professore se ne va dispettato. Raven è contenta di averla scampata quando arrivano davvero i suoi genitori che avevano ricevuto un messaggio da Petracelli e viene smascherata: Raven accetta la punizione che consiste nella perdita del telefono. Eddie e alcuni compagni hanno perso i loro armadietti perché il bulletto Brendan vuole avere quelli vicini al rubinetto dell’acqua. Raven, mentre è travestita, si finge la madre di Eddie e intimorisce Brendan che restituisce gli armadietti indebitamente presi.
Eddie è riuscito finalmente a entrare nella squadra di pallacanestro della scuola e per rimanerci deve mantenere la sufficienza in tutte le materie: fino adesso se l’è sempre cavata studiando il minimo indispensabile, ma Raven ha una visione in cui viene bocciato al test di spagnolo. Raven e Chelsea, che avevano sostenuto l’esame l’anno precedente, vanno a parlare con la Senorita Rodriguez per avvertirla che molti studenti trovano i suoi test troppo difficili e quindi stanno pensando di passare al francese. Le due ragazze decidono comunque di tenere Eddie all’oscuro della visione, tentando disperatamente di prepararlo in un solo giorno ad affrontare l’esame. I risultati sono decisamente scarsi e Chelsea si lascia sfuggire la visione di Raven, la quale ha visto il foglio del compito ma non vuole imbrogliare: Eddie la accusa di non essere una vera amica, così Raven gli dà le risposte. Il giorno dopo la Senorita Rodriguez informa Raven e Chelsea di aver accolto il loro suggerimento e aver cambiato il compito, rendendolo però ancora più difficile: le due provano ad avvertire Eddie che le risposte non sono più valide, ma non riescono a farsi capire. Allora salgono sull’impalcatura dei lavavetri, dove attirano la sua attenzione e gli fanno arrivare il messaggio. Eddie riesce a superare la prova, mentre Raven e Chelsea sono messe in punizione.
Raven ha una visione in cui Eddie, appena entrato nella squadra di basket, fa un canestro decisivo all’ultimo minuto. La perfida Serena riesce a origliare tutto e minaccia Raven di rivelare a tutti il suo dono. Ora, spetta a Raven sabotare la partita di Eddie per mantenere intatta la sua reputazione.
Raven deve aiutare Ben “Puzzola” Sturky con un progetto di scienze. Tuttavia, il suo odore insopportabile rappresenta una grande difficoltà quando si tratta di completare il suo modello del DNA. Nel frattempo, Eddie cerca di conquistare una ragazza della scuola, che si rivela duro quando si sveglia con un brufolo enorme sul mento.
Raven ha una visione in cui la sua miglior amica Chelsea perde una votazione elettorale. Per evitare che la sua visione si avveri, si arruola con Eddie e Cory per aiutare la sua campagna. Tuttavia, le cose non saranno poi così facili come potrebbe sembrare.
Mentre sta giocando a pallavolo, Raven ha una visione stupida (Chelsea che si spezza un’unghia) e viene colpita da una pallonata, diventando lo zimbello della scuola. Raven è stanca di sentirsi diversa a causa del suo dono e si reca nel centro di studio dei fenomeni paranormali diretto dal dottor Sleevmore, dove conosce molti ragazzi “speciali” come lei. Eddie e Chelsea non mandano giù il fatto che Raven li abbia scaricati per stare con i suoi nuovi amici e la pongono davanti a una scelta precisa: o loro o i ragazzi paranormali. Raven sceglie di tornare a stare con Eddie e Chelsea, ignorando le difficoltà che dovrà affrontare in futuro nel vivere con persone normali.
Raven è molto eccitata perché, dopo tantissimo tempo, organizzerà la sua prima grande festa. La sua acerrima nemica Niky le fa uno scherzo e manda all’aria il party. Così, con l’aiuto di Chelsea ed Eddie, Raven decide di rovinare la festa di Niky.
Dopo una visione di Raven, quest’ultima rivela la sua cotta a Gabriel, che la invita al ballo in maschera di primavera. Purtroppo Raven deve rifiutare l’invito del puzzone Ben Sturky, che l’aveva già invitata qualche giorno prima.
La viziata cugina di Raven, Andrea, viene ospitata dalla famiglia Baxter. Però Raven ha una visione in cui Andrea bacia Eddie, follemente innamorato di lei. Intanto i due iniziano a conciliare, così il sogno di Eddie diventa realtà.
Il professor Lawler diventa preside della scuola superiore di Raven e quindi la cattedra di letteratura resta vuota. E la sostituta è proprio Tonya, la madre di Raven, che crea un forte imbarazzo alla figlia di fronte ai suoi compagni di classe!
Raven esce con un ragazzo molto più grande di lei che si chiama Matthew. Ma nutaralmente questa relazione non viene accettata da Tonya e Victor. Nonostante ciò, Raven, disubbidendo di nascosto ai genitori, accetta l’invito di Matthew di trascorrere una serata insieme, ma quando i due arrivano al ristorante Matthew risulta essere un ragazzo molto maleducato e per niente affascinante…
Chelsea si mette insieme a un ragazzo molto affascinante e carino di nome Sam. Le cose si complicano tuttavia quando Raven scopre che Sam, oltre che il suo ragazzo, è il nome del cane di Chelsea.
Raven è costretta a passare tanto tempo con Tonya, in modo da rinforzare il legame madre-figlia. Ma la nostra veggente aveva già molti programmi per il weekend come un’uscita al cinema insieme ad Eddie e al rubacuori della scuola, Ricky. Tuttavia, Raven tenta di andare tutte e due le occasioni con conseguenze disastrose.
Sia Raven che Chelsea sono entrambe entrate a far parte dello Spettacolo d’Arte della Bayside. Le due finiranno per litigare perché Raven vuole fare uno spettacolo sullo shopping e fare la protagonista, mentre Chelsea vuole fare uno spettacolo sulle piogge acide. Cosa farà Eddie?
Raven conosce nella scuola un musicista jazz chiamato Quiz, per cui s’innamorerà perdutamente. Peccato che ad una trasmissione televisiva, deve sostituire la veggente Cassandra per far colpo su di lui.
Victor è licenziato da Augustyn, il locale nel quale lavorava come cuoco, perché in disaccordo con il nuovo capo Briggs. Raven, che si sente responsabile per l’accaduto, si traveste da cantante famosa e va nel locale per farlo riassumere.
Raven è impaziente di aprire i regali di Natale perché sa che sua madre le ha comprato una collana. Indossandola Raven la rompe e marina la scuola per andare al centro commerciale a comprarne una nuova.
Raven ha una visione in cui Victor dice a Tonya “credo proprio che dobbiamo dividerci”. Quindi, Raven, erroneamente, pensa che i suoi genitori intendano divorziare e cerca di impedirlo, ricreando l’atmosfera romantica del loro primo appuntamento.
Raven ha delle visioni sbagliate su Eddie e Chelsea, i quali mettono il dubbio il suo dono psichico. A consolare Raven però ci pensa sua nonna Vivian.

Catholicisation

Catholicisation refers mainly to the conversion of adherents of other religions into Catholicism, and the system of expanding Catholic influence in politics. Catholicisation was a policy of the Holy See through the Papal States, Holy Roman Empire, Habsburg Monarchy, etc. Sometimes this process is referred to as re-Catholicization although in many cases Catholicized people had never been Catholics before.

The term is also used for the communion of Eastern Christian churches into the Roman Catholic Church; the Eastern Catholic Churches that follow the Byzantine, Alexandrian, Armenian, East Syrian, and West Syrian Rites, as opposed to the Roman Catholic Latin Rite.
All Albanians were Orthodox Christians until the middle of the 13th century when the Ghegs were converted to Catholicism as a mean to resist the Slavs.
Most Serbs are Eastern Orthodox Christians. Since the many migrations into the Habsburg Monarchy beginning in the 16th century, there has been efforts to Catholicize the community. The Orthodox Eparchy of Marča became the Catholic Eparchy of Križevci after waves of conversion in the 17th and 18th centuries.

List of Log Horizon characters

This is a list of characters in the Japanese novel series Log Horizon written by Mamare Touno.

The adventurers are the combat oriented human role-players in Elder Tale. Before the events of the Apocalypse they would explore the land while completing quests and battling monsters and so level up. However, after finding themselves trapped inside the Elder Tale game as their in-game avatars, the players must now find a way to survive in a lawless world. In contrast to the natives, adventurers that are killed respawn at the cathedral of the nearest city they have personally explored. However each revival takes away a portion of their memories in the form of experience points.
Akiba is the largest player city on the Japanese server, known as Yamato, and is the server’s analogue to the real world’s Tokyo. The guild masters of the eleven major guilds of Akiba form the Round Table Alliance, which governs the city’s affairs.
While having a much smaller size compared to most other members of the Round Table Council, West Wind Brigade is known for having one of the best combating squad in Akiba. The essence of the guild however, is in fact a fan club of Seta, with members consisting entirely of the female admirers of Seta besides himself.
Minami is a player city in the Japanese server. Its position is akin to the real world’s Osaka. It is ruled by a single guild – Plant Hwyaden.
Susukino is a player city in the Japanese server. Its position is akin to the real world’s Sapporo.
Originally from Akiba, they were invited to join the Round Table but refused, and settled down in Susukino following Demiquas’ fall from power, taking control of most of Brigandia including Demiquas himself. They are still allies to the Round Table and offer its members support whenever asked.
A dark guild which takes advantage of the lawless nature of the Elder Tale world to control Susukino with an iron grip, until being ousted by the Silver Swords.
The People of the Land are usually referred to as the non-playable characters of the world of Elder Tale. Prior to the Apocalypse they had limited responses and mannerisms to interaction by adventurers and would normally assign quests to them and present rewards should they be completed. After the Apocalypse they somehow became sentient, able to possess emotions, language and much complexity in thought. They are usually weaker in terms of combat orientation as opposed to Adventurers and unlike Adventurers, they do not respawn after being killed, resulting in a permanent death.
The Navigators are a group of beings created by an alien race. Their purpose is to search other universes for a resource called “Empathion” which powers the civilization of their creators and eventually harvest it from the worlds which they discover it. The Navigators are split into two main groups: Observers and Harvesters.
The Observers are described as artificial intelligences which arrived in the universe containing the world of Elder Tales during an event which they call “Match”. They do not possess bodies of their own and hence occupy the bodies of others while still possessing their host’s memories. Their primary objective is to search for empathions. Their main base of operations is located on the Moon.
The Harvesters are described as creatures of slightly lesser intelligence than observers that were artificially created on the Moon using the bodies of monsters with powerful combat capabilities. Their primary objective is to harvest empathions in the form of magic points and will do so by attacking adventurers with extreme prejudice. They all possess the Genius title.

Center for Pelvic Health

The Center for Pelvic Health is a specialized service line of Saint Thomas Health Services with three offices in Middle Tennessee. The center focuses on treating pelvic health and urogynecological conditions in women, including urinary incontinence, fecal incontinence, sexual dysfunction and pelvic floor disorders.
The first office, opened in 2007, is located in Franklin, Tennessee. In August 2009, the center opened a satellite office in Nashville, located on the Baptist Hospital campus. Additionally, the center has added an office location in Murfreesboro, Tennessee.

In November 2007, Saint Thomas Health Services opened The Center for Pelvic Health in Franklin. The center addresses issues like pelvic pain and incontinence, conditions encountered by about 40 percent of women who have children.
The Center for Pelvic Health is a referral center and works with patients’ primary care physicians for treatment. In addition to surgical procedures (including the use of the da Vinci Surgical System), physicians can also treat some conditions with non-invasive procedures, such as Kegel exercises.
The Center for Pelvic Health was launched when Dr. Barry Jarnagin, Dr. Jennifer Tatalovich and nurse practitioner Vanessa Hardy affiliated their practice with Saint Thomas Health Services.
FRANKLIN OFFICE Center for Pelvic Health 4601 Carothers Parkway, Suite 350
NASHVILLE OFFICE Center for Pelvic Health 300 20th Avenue North, Suite 601
MURFREESBORO OFFICE Center for Pelvic Health 1800 Medical Center Parkway, Suite 400 Murfreesboro, TN 37129
A subspecialty within obstetrics and gynecology, urogynecology focuses on disorders of the female pelvic floor, such as pelvic organ prolapse (bulging out of the uterus and/or vagina), urinary incontinence, fecal incontinence and constipation. Urogynecologists complete a residency in obstetrics and gynecology, followed by fellowship training, where they spend several years focusing only on these disorders.