Dorothy Peto

Dorothy Olivia Georgiana Peto OBE KPFSM (15 December 1886 – 26 February 1974) was a pioneer of women policing in the United Kingdom who served as the first attested Woman Superintendent in the London Metropolitan Police from 1930 to 1946.

Peto was born in Emery Down, near Lyndhurst, Hampshire. Her father, Morton Kelsall Peto, was a builder and noted landscape artist, and her grandfather was Sir Morton Peto colored water in glass bottles, 1st Baronet. She was educated at home and began writing novels. She was not successful in this endeavour and in 1914 joined the National Union of Women Workers women patrols, an unofficial organisation which patrolled the streets to maintain public morality and decency. She was Assistant Patrol Organiser in Bath and from January 1915 was deputy director of the NUWW’s patrol training school in Bristol. In 1917 she succeeded Flora Joseph as director of the school and in 1918 also became director of the Federated Training Schools for Policewomen and Patrols, which also included the schools in Liverpool and Glasgow.

In 1919 the schools closed and Peto attempted to obtain a position as an attested police officer, as several police forces were now recruiting women. She had some difficulty, particularly since she was not willing to accept a rank lower than Inspector waterproof accessories, and in November 1920 accepted an unattested position as a Female Enquiry Officer with Birmingham City Police. In 1924, following her father’s death and her need for a better salary, she resigned and became a travelling organiser for the National Council for Combating Venereal Diseases, renamed the British Social Hygiene Council in 1925. In 1927 she joined Liverpool City Police as director of the city’s ten policewomen.

In April 1930, Peto transferred to the Metropolitan Police as Staff Officer in charge of the Women’s Section, with the attested rank of Superintendent. In April 1932 she took command of her own branch, A4 Branch (Women Police)

Colombia 2016 Home CARBONERO 5 Jerseys

Colombia 2016 Home CARBONERO 5 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Peto was credited with using the Children and Young Persons Act 1933 to take ownership of cases involving child abuse and based on that she established a special role for policewomen. Within five years it was noted that the majority of interviews with women involved in indecency was being taken by policewomen where they were available. Her arguments along these lines continued and in 1943 she increased the number of policewomen further by drawing the commissioners attention to juvenile delinquency, broken homes and the general problems created by the second world war.

She retired on 15 December 1946, having seen the expansion of the branch from 55 officers to over 200, about half the total number of female police officers in Britain. In May 1931 she became the first female member of the Police Council.

Peto was appointed Officer of the Order of the British Empire (OBE) in the 1920 civilian war honours. She was awarded the King’s Police and Fire Services Medal (KPFSM) in the 1944 Birthday Honours.

After her death her memoirs were published by the Metropolitan Police. These memoirs are actually more a description of the development of the force rather than Peto’s personal memoirs of her particular role or life

Seattle Sounders FC Home BARRETT 19 Jerseys

Seattle Sounders FC Home BARRETT 19 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Dissection d’une artère cervicale

La dissection d’une artère cervicale (DAC) est une cause d’accident vasculaire cérébral fréquente chez le sujet jeune. On retrouve de façon inconstante des facteurs traumatiques chez les patients victimes de DAC, qu’ils soient porteurs ou non d’une anomalie sous-jacente de la paroi artérielle.

La meilleure connaissance de la présentation de la maladie et les progrès dans le domaine de l’imagerie médicale permettent d’optimiser le diagnostic. La prise en charge thérapeutique précoce des DAC semble en améliorer le pronostic à court et long terme.

Malgré tout il subsiste un nombre important de cas non ou tardivement diagnostiqués en raison du polymorphisme des présentations cliniques et de l’existence de formes paucisymptomatiques, voire asymptomatiques.

La dissection spontanée d’une artère est un clivage de la tunique moyenne de l’artère s’étendant parfois sur toute sa circonférence. La cavité ainsi formée est infiltrée et distendue par du sang entré par un orifice de rupture. Les artères cervicales atteintes peuvent être les carotides ou bien les artères vertébrales. La symptomatologie clinique tient à la fois de la lésion locale de l’artère atteinte et d’éventuels retentissements hémodynamiques au niveau du système nerveux central.

Les DAC surviennent essentiellement chez les sujets jeunes (20 % des accidents ischémiques du sujet de moins de 30 ans) avec un pic vers 40 à 45 ans, le sex-ratio est 1 environ. Leur incidence annuelle est estimée à 2 ou 3 pour 100 000 habitants. Il existe de nombreuses formes frustes, faisant des dissections des artères cervicales une pathologie probablement sous-diagnostiquée. Les dissections des artères carotides internes sont plus souvent impliquées que celles des artères vertébrales (3 à 4 pour 1), mais l’atteinte de plusieurs axes cervicaux est possible.

Les DAC résultent du clivage de la paroi artérielle par un hématome. La communication entre l’hématome et la lumière de l’artère est inconstante. L’origine de l’hématome est discutée. Il est impossible de dire si la brèche intimale est la cause de la dissection ou sa conséquence, l’hématome se drainant vers la lumière artérielle.

Même si l’aspect anatomopathologique des DAC est comparable à celui des autres dissections artérielles, on ne retrouve pas pour autant les mêmes facteurs de risque : l’âge de survenue est précoce, il n’existe pas de lien direct avec les facteurs de risque vasculaires comme dans les dissections aortiques (hypertension artérielle, sujet de plus de 60 ans et masculin, etc.).

Certains facteurs de risque ont été isolés, leur imputabilité se limitant parfois à de simples hypothèses statistiques issues d’études épidémiologiques rétrospectives. Parmi ces facteurs potentiels on retient particulièrement :

La fréquence des dissections est plus importante chez les porteurs de maladies du tissu conjonctif. On a également repéré des lésions vasculaires associées chez les patients victimes de dissections des artères cervico-encéphaliques : la dysplasie fibromusculaire, les anévrysmes intracrâniens, etc.

La perte de rectitude de la paroi artérielle de la carotide interne est significativement associée au risque de DAC. Dans les études menées pour mesurer l’incidence de ces anomalies sur la survenue de dissection de la paroi artérielle, entre la moitié et les deux tiers des patients ayant disséqué sont porteurs de telles anomalies alors qu’il existe moins d’un cinquième de porteurs chez les cas témoins.

Ces anomalies sont bilatérales dans près de deux tiers des cas chez les victimes de DAC, mais moins de 10 % chez les cas témoins. L’existence de telles boucles vasculaires est dans certains cas liée à une lésion sous-jacente du tissu conjonctif (déficit en élastine), l’athérosclérose ou la pathologie hypertensive n’étant que des facteurs majorants.

Ce type de lésions est également retrouvé dans des proportions plus importantes chez les patients ayant disséqué une artère cervicale que dans la population générale. En effet, environ 1&nbsp how to tenderise beef;% de la population générale est porteur d’anévrysme intracrânien asymptomatique, contre plus de 5 % chez les victimes de DAC. La localisation préférentielle étant, dans ce cadre, le sinus caverneux et le segment intracrânien proximal de la carotide interne small stainless steel thermos.

Le risque de DAC semble également majoré lorsqu’il existe dans la fratrie des porteurs d’anévrysmes artériels. Ces derniers sont plus fréquemment porteurs de redondances artérielles (environ 1 sur 4) ou bien d’atteinte de type dysplasie fibromusculaire. Cette plus grande fréquence de lésions vasculaires semble sous-tendue par des anomalies biochimiques (modification du collagène III, augmentation de l’élastase sérique waterproof accessories, augmentation qualitative de l’activité de la collagénase sérique) parfois même en l’absence de facteurs génétiques.

L’association de la dysplasie fibromusculaire diffuse aux dissections de l’artère rénale isolée est établie dans près de 9 cas sur 10. Elle paraît liée au risque de survenue de DAC dans une moindre mesure. Entre 15 et 20 % des patients porteurs de DAC montreraient une atteinte dysplasique des artères cervicales ou rénales à l’angiographie.

Ici encore, l’incidence de l’association entre ce type de lésion et les dissections est probablement sous-estimée compte tenu de l’existence de formes infra-radiologiques ou de localisations non explorées. Il existe dans la dysplasie fibromusculaire des formes familiales et un lien avec le groupe HLA du patient (en particulier HLA-DRw6).

On note une association significative entre probabilité de dissection et diamètre de l’aorte initiale. En échocardiographie on retrouve une augmentation du diamètre de l’aorte initiale chez les patients porteurs de DAC (plus de la moitié des cas versus 15 % des témoins sans dissection).

La dilatation aortique ne semble pas être la seule anomalie liée au risque de survenue de DAC. Le prolapsus mitral, les dystrophies valvulaires aortiques ou mitrales paraissent également liés à ce risque. On retrouve de telles anomalies chez les patients porteurs de maladies du tissu conjonctif.

Les formes familiales de dissections cervicales sont assez rares pour qu’on puisse en tirer des informations quant à l’importance d’un facteur familial commun. Elles sont estimées à moins de 3&nbsp youth football socks;% des cas dans les séries. On n’a pas isolé d’anomalie sous-jacente chez ces groupes de patients bien qu’une dysplasie fibromusculaire familiale soit suspectée dans certaines études ou un syndrome d’Ehlers-Danlos dans d’autres.

La migraine est un facteur de risque de dissection cervical établi même si la physiopathologie en reste inexpliquée. Il a été mis en évidence dans une étude cas-contrôle qu’une maladie migraineuse était présente chez 49,1 % des patients ayant disséqué une artère cervicale contre 21 % chez les porteurs des AVC non liés à une DAC.

Les DAC surviennent plus volontiers au cours ou au décours d’infections, en particulier des voies aériennes supérieures, avec des récidives dans le même contexte infectieux quelques années après le premier épisode de dissection. Une étude prospective a montré une association DAC-infection dans 31,9 % des cas contre 13,5 % dans le groupe témoin. On incrimine dans ce contexte : les efforts de toux, la possible atteinte de la paroi vasculaire par les agents infectieux ou des facteurs humoraux ou encore une infiltration inflammatoire par contiguïté.

L’intervention de l’hypertension artérielle (HTA) comme facteur de survenue de DAC est établie. Le surpoids ou une dyslipidémie semblent, au contraire, moins fréquents que dans la population générale.

Le diagnostic de la dissection d’une artère cervicale s’effectue par une angio-IRM des troncs supra-aortiques, ou une angio-TDM des troncs supra-aortiques, ou un écho-doppler des troncs supra-aortiques, qui mettent en évidence une sténose d’une artère cervicale, avec un hématome de paroi.

Le traitement repose sur la prescription d’anti-coagulants (AVK) ou d’aspirine pendant 3 à 6 mois, le temps de la cicatrisation de l’artère.